Actualités

Un mur, deux murs, trois murs…

Il était une fois deux frères, qui, pour des raisons obscures, s’étaient fâchés. Ils habitaient d’un côté et de l’autre d’une petite rivière. Un jour un ouvrier itinérant vint à passer chez l’un des frères, lui proposant ses services. Sans vérifier ses papiers, il l’amena au bout de son terrain, près de l’eau et lui montra un tas de pierre. Je dois m’absenter quelques jours, lui dit-il, pendant ce temps, tu construiras un mur afin que je ne puisse plus voir mon frère.
A son retour, il alla voir le travail. Quel ne fut pas sa surprise de constater qu’au lieu d’un mur, l’ouvrier avait construit un pont ! Se retournant, perplexe, il allait engueuler ce dernier, lorsque son frère traversant le pont à toute allure se jeta dans ses bras en lui disant : mon frère, mon frère, alors que nous nous étions fâchés, toi, tu as construit un pont afin que nous nous retrouvions. Merci.
Le frère, se retourna alors vers l’ouvrier pour lui demander de rester, mais ce dernier avait encore beaucoup d’autres ponts à construire entre les humains.

A Bethléem il y a un mur qui serpente au travers de la ville et la découpe en petit bout. Du haut d’une rue, sur une petite colline, on pouvait l’apercevoir, dans la même lignée, à trois reprises entre les immeubles, ce mur qui allait et venait. (Sans parler de celui qui enclavait de part et d’autre, un tronçon d’autoroute défilant au travers du quartier) Un spectacle troublant, voire désolant.
Avant le mur, on lançait des pierres sur les voitures. Avant le mur, on se criait mutuellement des insultes. Avant le mur, on fonçait sur les gens en voiture. Avant… Mais est-ce bien une solution pour une paix durable ? N’y a-t-il que le Christ pour pouvoir véritablement changer les cœurs ? L’Esprit de Dieu ne peut-il souffler à nouveau ? Nous sommes appelés à construire des ponts, pas des murs !
Sur ce mur, il y a des graffitis, des dessins, certains ridicules, d’autres plein d’humour et de bon sens. Des citations, certaines absurdes, d’autres à faire réfléchir ou rêver. Et des publicités de magasins de souvenirs et de coiffeurs pour homme.
Joseph et Marie montée sur un âne, se voyant refuser l’entrée, faute de papiers. Une colombe endossant un gilet pare-balle. Un jeune masqué lançant des fleurs au lieu de pierre. Une petite fille transportée par des ballons pour franchir le mur.

Nous sommes en train de retravailler notre projet de vie de paroisse pour les 5 prochaines années. Nous avions adopté une devise qui reste la même : « Une communauté chrétienne qui rayonne par la participation de chacun ». Un verset comme assise : « Vous-mêmes, comme des pierres vivantes, construisez-vous pour former une maison spirituelle » 1 Pierre 2, 5. Et une mission à remplir : « Fidèles aux racines du Protestantisme, nous témoignons de notre foi en Jésus Christ, là où Dieu nous a placés, à Enghien, en Vallée de Montmorency et au-delà, en réponse à des appels particuliers ».

Que cette nouvelle année nous permette d’être des bâtisseurs de ponts, des pierres vivantes, cette maison spirituelle, ou tous trouvent leur place en Jésus-Christ.

Pasteur Marc-Henri Vidal

Ci-dessous les photos du voyage Israel/Palestine