Éditoriaux

LUMIÈRE ET CHALEUR DE NOEL

En cette période de sobriété énergétique, la question des lumières de Noël reste d’actualité.
Les communes se demandent comment agir. Les décorations représentent en effet un budget conséquent. A Vair-sur-Loire, la municipalité a décidé de supprimer les décors lumineux afin de réaliser des économies d’énergie. Certes, cela n’a pas fait l’unanimité des habitants, habitués aux guirlandes scintillantes pendant la longue période de fêtes. Cependant la commune mettra bien dans les rues des décorations, non pas électriques mais en bois et fabriquées par des bénévoles avec des matériaux de récupération. Époque oblige.
À Paris, les illuminations sont maintenues, sur des périodes plus courtes. Ainsi, sur les Champs-Élysées, le scintillement de l’avenue débutera chaque soir dès la tombée de la nuit et cessera à 23h45, au lieu de 2h du matin, excepté durant les soirs de réveillon du 24 et 31 décembre et pour six semaines seulement au lieu de sept.
Et dans notre vie de tous les jours, nous avons des gestes quotidiens à adapter, des habitudes à prendre pour répondre au contexte marqué par l’accélération du changement climatique et le conflit ukrainien : consommer moins, autrement.

Une seule chose persiste pendant cette période de l’année. Noël reste la fête de l’arrivée de Jésus sur terre.
Il est venu dans la pauvreté, couché dans une mangeoire car il n’y avait pas de place pour lui ailleurs. Il est venu sur terre pendant la nuit, sans lumière, ni protection. Ceux qui l’ont entouré étaient des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour y garder leur troupeau (Luc 2.8), ou des étrangers, des mages venus d’Orient (Mt. 2.1).
Jésus a apporté au monde entier le salut, la joie et la paix. Lors de sa naissance, des anges ont annoncé : N’ayez pas peur, car je vous annonce une bonne nouvelle qui sera une source de grande joie pour tout le peuple et ils ont loué Dieu pour cette occasion, en déclarant : Gloire à Dieu dans les cieux très hauts, paix sur la terre et bienveillance parmi les hommes ! (Luc 2.13).
Au moment de sa naissance, une étoile a guidé les visiteurs jusqu’à l’endroit précis où le Fils de Dieu est né.
A travers la naissance d’un Sauveur, face à la guerre, à l’instabilité du monde, Dieu oppose la paix pour tous les hommes, la paix intérieure, la paix d’être accompagné, quelle que soit la situation : joie, détresse, deuil.
Face à la pauvreté, Dieu oppose la satisfaction, le contentement du pain quotidien.
Face aux ténèbres, Dieu oppose la lumière qui a conduit les rois mages à découvrir le lieu de la naissance du Sauveur du monde.
Face à la tristesse, la solitude, Dieu oppose la joie d’être aimé de Dieu, notre Père qui est dans les cieux.
Alors, soyons dans la paix, la joie, l’espérance, grâce à l’amour de notre Seigneur, notre Dieu, notre Père car il est toujours avec nous, selon sa promesse : Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde (Mat. 28.20).

Hoang N’Guyen Quoc

———————————————————-

REGARDER DEVANT

Il y a des concours de circonstances qui sont surprenants. Ainsi lorsque vous lisez un journal tel que Réforme, commencez-vous par lire l’agenda à l’avant-dernière page ?

Pour moi, généralement, ce n’est pas le cas. Sauf que le vendredi 24 juin en feuilletant le numéro 3952, je suis tombé en premier sur l’annonce de l’émission Présence Protestante du dimanche 26 juin de 10h à 11h sur le thème « Entre les lignes …de l’Apocalypse. »

Le dernier livre de la Bible est un sujet qui me questionne et sur lequel il n’y pas beaucoup de publications. Trop occupé par le culte et le repas de la diversité le jour de la diffusion, j’ai reporté sa vision à la semaine suivante en replay.

Bien calé dans mon canapé, j’ai littéralement dévoré cette émission. Le générique de fin à peine terminé, j’ai souhaité rembobiner le film pour l’enregistrer et le partager avec des amis. La technologie n’offre pas beaucoup de moyens pour enregistrer une émission déjà en replay. Après une demi-heure d’essai j’ai abandonné… ! L’émission tentait de parcourir le livre de l’Apocalypse à travers des œuvres d’art : musique, peinture, tapisserie…La présentatrice était accompagnée par un Dominicain spécialiste du sujet, ainsi qu’une narratrice qui parcourait certains passages de l’Apocalypse.

Je voudrais m’arrêter sur le chapitre 21 versets 1 à 5 « Le nouveau ciel et la nouvelle terre ».

1 « Alors je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre. Le premier ciel et la première terre avaient disparu, et il n’y avait plus de mer. » Est-ce un souhait, une vision, une hallucination de Jean tellement il souhaitait un monde meilleur ?

2 « Et je vis la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, qui descendait du ciel… » Généralement, quand une maison est bâtie elle sort de terre ! c’est donc encore plus fantastique.

3 De plus l’apôtre entend des voix « J’entends une voix qui vient du trône « Maintenant la demeure de Dieu est parmi les hommes ! Il demeurera avec eux et ils seront ses peuples ». Le rôle de l’homme est bien défini et ce dernier est mis au service de Dieu.

4 « Il essuiera toute larme de leurs yeux …. En effet, les choses anciennes auront disparu ».

L’apôtre Jean nous invite vraiment à regarder devant nous, à vivre le présent tout en préparant l’avenir. Il n’y a plus de place pour la nostalgie. Certes il ne faut pas renier le passé, mais la vie vient d’en haut et il faut aller vers la vie et avancer coûte que coûte.

Et pour ceux qui n’auraient pas compris, le verset 5 enfonce le clou « Alors celui qui siège sur le trône déclara : « Maintenant, je fais toutes choses nouvelles ».

A nous, communauté chrétienne, de poursuivre le travail sans regarder derrière nous, et sans regret, tout en nous appuyant sur des acquis solides, pour bâtir ensemble un monde encore meilleur.

 

Christian NIVAUD

    ———————————————————-